Jeûne du mois de Ramadan

Jeûne du mois de Ramadan

« C’est dans le mois de Ramadân qu’on a fait descendre le Coran comme Guidée pour les gens et en preuves de Guidée et du discernement » (Saint Coran 2/ 184).

 

Introduction

9e mois de l’année lunaire (hégirienne), Ramadan est un mois durant lequel les musulmans pratiquent le jeûne et multiplient les actes de dévotion dont la prière et la lecture méditée du Saint Coran. Chacun des 12 mois lunaires comptent 29 ou 30 jours. L’année lunaire compte près de 11 jours de moins que l’année solaire. Ainsi, le mois de Ramadan de l’année 1439/2018 avait débuté le 17 mai 2018 et celui de l’année 1441/2020 débuterait très probablement le 24 avril 2020. La conjonction (naissance de la nouvelle lune) aura lieu le 23 avril à 4h26’ heure de Paris et sera en principe visible le 23 avril 2020 sur une grande partie du continent africain et tout le continent américain. A noter qu’entre la conjonction et la possibilité que la Lune soit visible, il pourrait s’écouler plusieurs heures. Ce déplacement de Ramadan à travers l’année solaire, dans un cycle de près de 33 ans, permet aux musulmans de vivre le mois de Ramadan, à travers le temps long, dans toutes les saisons de l’année et dans des conditions à peu près similaires quel que soit leurs régions de résidence.

D’après les autorités sanitaires de notre pays, le confinement lié à la crise de (COVID19) risque de se prolonger pendant plusieurs semaines, donc au delà du début du mois de Ramadan. L’interdiction de tout rassemblement physique de personnes ainsi que la fermeture des lieux de culte pendant toute cette période de confinement entraineraient très probablement la suspension de nombreuses activités du mois de Ramadan dans leurs formats habituels.

Dans cette note nous essayons de faire le point sur ces activités et leurs éventuelles alternatives dans le contexte de pandémie. Nous implorons le Très Miséricordieux pour qu’elle soit bénéfique pour les musulmans de France et nous les appelons à avoir dans leurs prières et leurs invocations tout au long de ce mois béni de Chaabane et pendant le mois de Ramadan une pensée particulière pour le personnel de santé et les forces de sécurité qui se trouvent aujourd’hui en premières lignes et font d’énormes sacrifices pour protéger la population. Notre devoir envers eux, c’est de rester chez-nous, de ne pas entraver leur mission et de prier intensément pour leur protection et et celle de leurs proches.

Ramadan : un mois de jeûne

Le jeûne, pratique millénaire commune à de nombreuses traditions religieuses et philosophiques, doit offrir à tous, par l’expérience volontaire de la faim et de la soif, l’occasion de mesurer la souffrance et la détresse de ceux qui subissent au quotidien partout dans le monde les affres de la pauvreté et de la précarité.

Le jeûne, par la privation volontaire de tout plaisir sexuel dans la journée, permet à chacun de maîtriser ses instincts et d’élever sa condition humaine vers la pureté et la chasteté.

Le Jeûne prend une autre forme aussi importante sinon plus importante que la privation matérielle. Il s’agit pour le jeûneur de faire l’effort de maîtriser l’ensemble de ses actes et paroles et être exemplaire à tout égard.

Pour la tradition musulmane, l’âme (ou l’esprit) et le corps sont deux entités de la personne humaine. Ces deux entités sont amenées à cheminer ensemble dans une coexistence harmonieuse et équilibrée pour le bien-être de l’Homme et de son environnement.

Le jeûne, accompli avec rigueur et responsabilité, est un moyen et une aide pour réaliser ce cheminement dans de bonnes conditions. Une pratique du jeûne qui serait réduite uniquement à la privation de nourriture et de boisson, perdra sa véritable fonction.

La pratique du jeûne fait partie des grands devoirs de la religion musulmane. Le Saint Coran, dans le verset ci-après (Coran 2 :183-185) en a précisé quelques règles et finalités. La tradition orale du prophète Muhammad (PBSL) les a détaillées et complétées :

Ô vous les Croyants ! On vous a prescrit le jeûne comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous— peut-être seriez-vous pieux ! — pendant des jours comptés. Donc, quiconque d’entre vous est malade, ou en voyage, alors, qu’il compte d’autres jours. Mais pour ceux qui pourraient difficilement le supporter, qu’ils se rachètent en nourrissant un pauvre. Ceux qui feront preuve de largesse en retireront un grand bien, mais il est mieux pour vous de jeûner, si vous saviez ! (Coran 2/ 182-183)

A partir de ce passage coranique et d’autres textes en lien avec la pratique du jeûne, quelques règles peuvent être énumérées :

  1. Le jeûne du mois de Ramadan est une prescription religieuse pour tout Musulman ayant atteint l’âge de puberté (qui dépend de chaque individu et se situe aux alentours de 15 ans), disposant de ses facultés mentales et n’étant pas malade ou en situation de voyage.
  2. Le jeûneur s’abstient de manger, de boire, de fumer ou d’avoir des relations sexuelles de l’aube au coucher du soleil avec l’intention d’accomplir un devoir religieux. Il doit également adopter un comportement exemplaire en évitant tout écart de langage et toute attitude indécente. C’est le sens de l’expression coranique « peut-être seriez-vous pieux ! »
  3. Le jeûne est interdit pour la femme pendant la période de ses règles ou lochies (l’écoulement du sang après l’accouchement). A la fin de cette période et après le Ghosl, (Grandes ablutions), la femme devra jeûner le reste du mois et rattraper les jours manqués. Le rattrapage doit s’effectuer avant le Ramadan suivant.
  4. Quiconque d’une manière intentionnelle a mangé, ou a bu ou a eu des rapports sexuels pendant la journée de Ramadan doit deux mois successifs et un jour, sans interruption, après le Ramadan ou fournir à 60 pauvres les repas d’une journée.
  5. Celui qui mange ou boit par oubli doit se mettre immédiatement en état de jeûne dès qu’il se sera aperçu de son erreur et doit également rattraper cette journée manquée.
  6. Le malade, la femme enceinte ou celle qui allaite, à qui leur médecin traitant a proscrit le jeûne ou craignent pour leur santé ou celle du bébé, n’ont pas le droit de jeûner. Ils devront rattraper les jours manqués quand leur santé le leur permettra. On ne le dira jamais assez, ces dérogations sont inscrites dans le Saint Coran.
  7. Une personne atteinte d’une maladie chronique (diabète,hypertension,..) à qui son médecin traitant a proscrit le jeûne, pour toujours, doit s’abstenir de jeûner. Toutefois, il doit nourrir un pauvre pour chaque jour manqué.
  8. De même, une personne âgée qui peut jeûner mais avec une très grande difficulté en est dispensée. Elle doit toutefois, nourrir un pauvre pour chaque jour manqué.
  9. Le voyageur, sous certaines conditions, peut ne pas jeûner au cours de son voyage. Toutefois, il doit remplacer les jours manqués avant le ramadan suivant.
  10. On ne le dira jamais assez : malgré que ces différentes dérogations soient inscrites dans le Saint Coran et la tradition prophétique, certains musulmans, croyant bien faire, se mettent en danger par la pratique du jeûne incompatible avec leur état de santé. Cette attitude irresponsable est unanimement interdite « Dieu veut pour vous la facilité. Il ne veut pas pour vous la difficulté » (Saint Coran 2 : 184),

Le jeûne en période de pandémie

La pratique du jeûne dépend intrinsèquement et individuellement de chacun là où il se trouve. Cette pratique n’est donc pas affectée directement par le contexte de pandémie :  celles et ceux qui remplissent les conditions du jeûne et sont en mesure de l’observer, l’observeront comme d’habitude. Celles et ceux qui ont une dérogation reconnue, comme la maladie, la vieillesse, la grossesse, l’allaitement ou le voyage, en seront exemptés suivant la réalité de leur situation.

Ramadan, le mois du Saint Coran et de l’invocation

« C’est dans le mois de Ramadân qu’on a fait descendre le Coran comme Guidée pour les gens et en preuves de Guidée et discernement » (Saint Coran 2/ 184).

Les exégèses donnent de nombreuses explications à ce passage coranique :

  1. Comme le stipule un autre verset : « En vérité, Nous avons révélé le Coran dans la nuit de la Destinée » (Saint Coran, 97/1), c’est au cours d’une nuit de Ramadan (la nuit de la destinée), que l’Esprit du Saint Coran et les principes de ses enseignements, ont été révélés au prophète Muhammad (PBSL). Ce dernier s’est imprégné de ces principes qui l’ont guidé dans sa mission de messager. Il a ensuite reçu le texte du Saint Coran par bribes sur une période de 23 ans.
  2. La révélation du Saint Coran a débuté pendant le mois de Ramadan.
  3. Lors de la nuit de la destinée qui fait partie du mois de Ramadan, le Saint Coran a été placé dans un endroit prévus au ciel, puis a été révélé par bribes au prophète Muhammad (PBSL).

C’est la raison pour laquelle le mois de ramadan est aussi appelé mois du Saint Coran. Les musulmans sont appelés à le réciter et à le méditer plus que d’habitude. Les prières nocturnes (dites Tarawih) sont l’occasion pour les musulmans d’écouter le Saint Coran psalmodié chaque nuit du mois de Ramadan, notamment la « nuit de la destinée », et de multiplier les invocations, telles que :

Invocations au moment de rupture du jeûne :

ﺫَﻫَﺐ اﻟﻈَّﻤَﺄُ ﻭَاﺑْﺘَﻠَّﺖِ اﻟْﻌُﺮُﻭﻕُ، ﻭَﺛَﺒَﺖَ اﻷَﺟْﺮُ ﺇِﻥْ ﺷَﺎءَ اﻟﻠَّﻪ

Thahabadh-dhama’u wabtallatil-’urooqu, wa thabatal-’ajru ’inshaa’Allaah.

« La soif est dissipée, les veines sont abreuvées et la récompense restera avec la volonté d’Allah. »

Invocation à dire lorsque l’on cherche la Nuit du Destin (Laylatu-l-Qadr)

اللَّهُمَّ إِنَّكَ عَفُوٌّ تُحِبُّ الْعَفْوَ فَاعْفُ عَنِّي

 « Allahumma innaka ’Afuwwun tuhibbu-l-’afwa, fâ’fu ’annî »

« Ô Allah Tu es Pardonneur, Tu aimes pardonner, alors pardonnes-moi »

Qu’est-ce que la nuit de la destinée ?

Le Prophète Muhammad (PBSL) dit : « Cherchez la nuit de la destinée parmi les nuits impaires de la dernière décade du mois de Ramadan ». Elle se situerait donc parmi les nuits du 20 au 21,…, 28 au 29 du Ramadan. Pour certains, elle serait la nuit du 26 au 27. Pour les mérites de cette nuit, la sourate 97 y est consacrée. On peut y lire : « La nuit de la Destinée vaut plus que mille mois réunis ! » (Coran 97/3). Le prophète Muhammad (PBSL) a dit « Qui veille en prière la nuit du Destin mû par sa foi et comptant sur la récompense de Dieu, tous ses péchés antérieurs lui seront pardonnés ».

Quant aux actes à accomplir cette nuit, la prière, la lecture du Coran, les invocations : « Si Mes serviteurs t’interrogent à Mon sujet, qu’ils sachent que Je suis tout près d’eux, toujours disposé à exaucer les vœux de celui qui M’invoque. Qu’ils répondent donc à Mon appel et qu’ils aient foi en Moi, afin qu’ils soient guidés vers la Voie du salut » (Coran 2/184 -185).

Les actes de générosité à l’égard des pauvres et des plus vulnérables font partie des œuvres les plus méritoires que pourrait accomplir le croyant pendant le mois de Ramadan et plus particulièrement au cours de cette nuit.

Prières journalières dans les mosquées, la prière du vendredi et les prières de Tarawih

S’appuyant le principe fondamental de la préservation de la vie « …et celui qui sauve une vie humaine c’est comme s’il a sauvé toute l’humanité » (Coran 5 : 32), le CFCM appelle les responsables musulmans à maintenir les mosquées fermées et incite les fidèles à accomplir leurs prières chez-eux, jusqu’à nouvel ordre. C’est la seule attitude responsable et conforme aux principes et aux valeurs de notre religion dans ce contexte d’épidémie.

Les prières nocturnes (dites Tarawih) sont l’occasion pour les musulmans d’écouter le Saint Coran psalmodié chaque nuit du mois de Ramadan, notamment la « nuit de la destinée », et de multiplier les invocations. Les écoles juridiques musulmanes considèrent ces prières de comme fortement recommandées (Sunnah muakadah) et non obligatoires. Pour l’école malékite, il s’agit d’une recommandation forte pour la collectivité et non pour les individus. En d’autres termes, accomplir Tarawih chez-soi (même lorsque les mosquées sont ouvertes) pourrait être souhaitable pour certains si cela ne conduit pas à l’absence de leur célébration collective dans les mosquées.

Par ailleurs, il n’est pas nécessaire de réciter le coran dans son intégralité durant les prières de Tarawih. Ces dernières pourraient se faire avec la première sourate du Coran « Alfatiha » et une autre sourate que le fidèle répète dans tous les cycles (rakaates) de ces prières et pendant tout le mois s’il ne mémorise pas d’autres sourates ou versets. C’est dire qu’il est possible à chacun et à chacune d’accomplir chez-soi en toute sécurité et en toute sérénité la prière de Tarawih.

Dans ce cas, il est recommandé aux familles d’accomplir, en groupe, les prières journalières obligatoires ainsi que le Tarawih.  Ce qui leur permettra de profiter pleinement des mérites de la prière en groupe, d’accompagner au mieux leurs enfants dans leur vie spirituelle et leur transmettre, par la même occasion, les valeurs authentiques de notre religion.

Certains diront, à juste titre, puisqu’en ce temps d’épidémie les prières journalières obligatoires ne s’accomplissent pas dans les mosquées, pour celles qui ne sont que recommandées ou fortement recommandées comme les prières de Tarawih, la question ne doit même pas se poser.

Le CFCM met tous les moyens dont il dispose pour que son site officiel (www.cfcm-officiem.fr). et sa chaîne YouTube cfcm-officiel-tv soient des lieux de ressourcement et appelle toutes les forces vives de notre communauté à y contribuer par des interventions orales ou écrites, des récitations du coran, des invocations et tout ce qui peut être une alternative à la rencontre physique dans les mosquées.

Les moments de partage : repas de rupture de jeune.

Par le passé, de nombreuses mosquées et associations caritatives organisaient des repas de rupture du jeûne (Iftars) et les partageaient avec les plus démunis et avec nos amis de toutes confessions. Il est fort probable que ces repas ne puissent avoir lieu cette année dans leurs formats habituels. De nombreuses idées alternatives sont d’ores et déjà en cours d’élaboration pour que l’esprit de partage de ce mois béni puisse s’exprimer malgré les difficultés. Des distributions de repas répondant aux restrictions en vigueur pourront faire l’objet d’une concertation avec les autorités locales de notre pays et faire appel à l’entraide entre les différents acteurs associatifs.

La fête de rupture du jeûne (Aïd El Fitr) ?

 

Au lendemain du dernier jour de Ramadan, les musulmans célèbrent la fête de l’Aïd El Fitr (rupture du jeûne). Une prière communautaire est organisée dans les mosquées ou dans des espaces réservés peu de temps après le lever du soleil. L’aumône dite « Zakat El Fitr », exigible de toute famille musulmane et destinée aux pauvres indépendamment de leur appartenance religieuse, est évaluée à près de 7 euros par personne à charge. Il est recommandé d’en faire bénéficier les nécessiteux du lieu de résidence de la famille. Son versement qui intervient généralement à la fin du Ramadan peut se faire dès son premier jour. La charge de distribuer cette aumône peut être déléguée à une mosquée ou une association caritative.

 

Comment déterminer le début et la fin du Ramadan ?

 

Le verset coranique (Coran 2/185) instaurant la prescription du jeûne de Ramadan ne le précise pas. La tradition du Prophète Muhammad (PBSL) en donne une indication : « Jeûnez lorsque vous le voyez (le premier croissant de lune) et cessez de jeûner lorsque vous le voyez, et s’il vous est caché par les nuages, déterminez-le. », ou selon une variante : « Et s’il vous est caché par les nuages, complétez cha’ban (8e mois lunaire) en comptant trente jours ».

 

Dès le XIVe siècle, le calcul astronomique a fait son entrée dans le droit musulman. Ainsi, une annonce de vision, du premier croissant de la Lune, considérée comme impossible par le calcul astronomique n’était pas prise en compte. A noter qu’en dépit du texte coranique « (…) mangez et buvez jusqu’à ce que l’aube vous permette de distinguer le fil blanc (du jour) du fil noir (de la nuit) puis accomplissez le jeûne jusqu’à la nuit » [Coran, 2/187], les musulmans n’observent plus à l’œil nu le lever de l’aube et le coucher du soleil. Ils se contentent de tables fondées sur le calcul.

 

Se pose alors la question : qui est habilité à ordonner le début du jeûne ? Le Prophète Muhammad (PBSL) a ordonné le début du jeûne après qu’il eut pris connaissance de la visibilité du hilal (nouvelle lune) sans que lui-même l’ait vue. La solution qui a prévalu jusqu’à nos jours consiste à rattacher chaque individu à une autorité religieuse ou gouvernementale à laquelle il doit se référer. Cette autorité est, en général, celle qui intervient sur les autres actes de sa vie religieuse ou civile. En France, le Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) pourrait jouer ce rôle.

 

Acceptons dans la paix et la sérénité les conditions de confinement.

Quelle que soit la durée du confinement en vigueur, nous devrons nous hisser individuellement et collectivement à la hauteur du défi qu’il nous impose.  Nous devrons bâtir ensemble des solutions alternatives qui nous permettront de vivre, dans la joie et l’espérance, ces moments importants de notre calendrier spirituel. Les initiatives consistant à transmettre à l’heure de la prière de vendredi des interventions et des messages des imams, même si elles ne se substituent pas aux prêches rituels, permettent aux fidèles de garder le lien avec leurs mosquées et leurs imams en ces temps de confinement et d’isolement.

Paris, le 28 mars 2020

Mohammed MOUSSAOUI

Président du CFCM

CFCM

Le Conseil français du culte musulman est une association française régie par la loi de 1901 qui a vocation à représenter le culte musulman en France auprès des instances étatiques pour les questions relatives à la pratique religieuse.

Prochain article

N’ajoutons pas à la douleur des familles, la souffrance de ne pas pouvoir honorer leurs morts

lun Avr 13 , 2020
Communiqué N’ajoutons pas à la douleur des familles, la souffrance de ne pas pouvoir honorer leurs morts   Le nombre de victimes de la pandémie de coronavirus ne cesse d’augmenter, laissant de nombreuses familles face à la douleur du deuil et à l’éventualité de ne pas pouvoir inhumer leurs défunts […]